Clause de bon de commande pour véranda

Sujet vu 1521 fois - 0 réponse(s) - 1 page(s) - Créé le 15/06/10 à 15:23
> Droit de la Consommation > Litiges


garreauchris, Doubs, Posté le 15/06/2010 à 15:23
1 message(s), Inscription le 15/06/2010
Bonjour,
Madame, Monsieur,


Par ce courrier je me rapproche de vous afin d’essayer de trouver une réponse légale à la question que je vous expose ci - dessous.

Avant tout en liminaire je précise que je ne veux pas profiter de l’opportunité que vous verrez apparaître à la lecture de cette question mais juste éviter que l’on m’oppose une fin de non recevoir au vue de ce qui suit.

Merci de me dire si je peux espérer une réponse gratuite en retour sinon que vous devrais - je. La question est sans doute gratuite mais votre réponse peut-être pas ?

Je m’explique :

J’ai le souhait d’ajouter à mon habitation actuelle une véranda, pièce à vivre. A cet effet j’ai fait établir un devis maçon d’un montant d’environ 5000 euros et pour la véranda en elle - même un devis de 35000 euros pour un coût total de 40000 euros.

J’ai émis mon accord pour ceux-ci ( datés et signés ).

Pour concrétiser cette action un bon de commande ( véranda et non maçon traité à part )a été établi ,daté signé, sur lequel il est mentionné d’une part que ce document est conforme au devis N° X et d’autre part pour le côté véranda les modalités financières des paiements ci-après 1) « 9000 euros d’acompte sous forme de chèque non encaissé pour l’instant et 2) environ 20000 euros à la fin des travaux ».

Vous remarquerez aisément que ces deux sommes additionnées ( 9000 et 20000 )ne font pas les 35000 euros du montant de la prestation véranda seule. Je répète le côté maçonnerie est traité à part.

Ma question est la suivante :

« Au vue de ce bon de commande « Véranda « avec les mentions ci-dessus, hors prestation du maçon, qui constitue à mon sens un contrat ne devrais-je légalement m’acquitter ( serais-je dans mon bon droit ) que de 9000 + 20000 soit 29000 euros au lieu des 35000 euros du devis.

C’est une erreur de leur part que je n’avais d’ailleurs moi-même pas remarquée et doit donc légalement profiter au client.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur à l’expression de ma considération, recevez à l’effet mes salutations les meilleures et dans l’attente de votre rapide réponse mes remerciements anticipés.

Poser une question Ajouter un message - répondre

Ajouter un message - répondre 

PAGE : [ 1 ]