Conflit d'interet entre patron et ouvrier

Sujet vu 1784 fois - 1 réponse(s) - 1 page(s) - Créé le 10/08/08 à 12:49
> Droit du Travail > Licenciement


bernardmichailides, Posté le 10/08/2008 à 12:49
1 message(s), Inscription le 10/08/2008
un collegue de travail a obtenu son licenciement, celui-ci à attaqué la patronne sous pretexte de ne pas avoir eu son préavi de depart alors que cela etait convenu verbalement entre les deux parti. Je me trouve melé a cette situation car la patronne me demande par ecrit de confirmé tout ce que j'ai pu entendre de leur querelle. J'aimerai savoir si ces ecrit et le fait de prendre part a ce conflit m'obligerai a temoigné au tribunal si l'affaire devait allé jusque la.

Poser une question Ajouter un message - répondre
coolover, Posté le 10/08/2008 à 15:06
468 message(s), Inscription le 08/07/2008
Cher bernard,

Je te dirais qu'en tant que juriste, l'une des obligations essentielles est la recherche de la vérité. Alors forcément, j'aurais tendance à te dire qu'il vaut mieux témoigner de ce que tu sais, sans en rajouter, et de laisser la loi faire le reste.

Maintenant, je sais qu'il est difficile de mettre en caus eun collègue, même s'il a eu tort. C'est à toi de voir ce que tu préfères : la justice, où la solidarité entre collègues. Les deux sont importants.
Peut être peux tu essayer de te discuter avec ton collègue en lui faisant comprendre que c'est pas correct de convenir d'une chose puis attaquer son patron en faisant mine que rien n'est convenu. Ca porte préjudice aux prochains salariés qui voudront négocier leur licenciement car le patron n'aura plus confiance.

Dans tous les cas, si tu fais une attestation, tu ne seras pas obligé d'aller témoigner devant les prud'hommes : ton attestation suffira à faire valoir ton point de vue et sera un mode de preuve suffisant pour ton employeur.

Je sais que les employeurs abusent souvent des salariés mais je ne pense pas qu'il faille pour autant abuser d'eux. Mais ce n'est que mon point de vue.

__________________________
"Le législateur ne doit pas frapper sans avertir: sinon la loi, contre son objet essentiel, ne se proposerait pas de rendre les hommes meilleurs, mais seulement de les rendre plus malheureux" Portalis


Ajouter un message - répondre 

PAGE : [ 1 ]