Asssurance vie contracté, aucun capital ne pourra être versé

Sujet vu 617 fois - 1 réponse(s) - 1 page(s) - Créé le 07/07/09 à 06:03
> Droit des assurances


mel08, Paris, Posté le 07/07/2009 à 06:03
1 message(s), Inscription le 07/07/2009
Bonjour,
Mon père à souscrit une vie en 12/07, et avait mis comme bénéficiaire ses 6 enfants. Chaque année, il a été prélevé une somme (167€), qui correspondait au versement du capital assuré choisi, en cas de décès, soit un capital de 167.602€ .Il est décédé en mars 2009 suite à une maladie, de cause naturelle, une embolie pulmonaire qui l'a emporté seulement un mois après le diagnostic. En juin, nous recevons un courrier de l'assureur qui nous dit que notre dossier va être fermé et que nous ne pourrons pas prétendre au versement du capital, parce que mon père n'était pas décédé accidentellement "par décès accidentel il faut entendre le décès résultant de l'action violente et soudaine d'une cause extérieure fortuite et indépendante [/b]de la volonté de l'assuré.". Dans le contrat qu'il a souscrit, dans la rubrique "exclusion", il n'est mentionné nul part que le décès pour cause naturel n'était pas pris en charge.
alors aujourd'hui je ne sais plus quoi pensé ni quoi faire. J'ai besoin de conseil, si je peux les relancer, ou bien exiger qu'il me donne plus de détails.
Il ne m'ont demandé aucune autre pièces, j'ai seulement fournis un acte de décès de mon père.
Merci à tous pour votre aide.

Poser une question Ajouter un message - répondre
chaber, Pas-de-Calais, Posté le 07/07/2009 à 07:39
5290 message(s), Inscription le 13/08/2008
Modérateur
Bonjour,
A la lecture de votre post, je peux en deduire qu'il ne s'agit nullement d'un contrat d'assurance Vie, mais d'un simple contrat Individuelle Accident.

Vous devriez en retrouver tous les éléments dans les conditions générales.

Même s'il s'agissait d'une assurance décès toute cause , le fait d'une prime aussi minime par rapport au capital assuré aurait dû vous interpeller.

__________________________
Cordialement

Il ne suffit pas qu'une idée soit difficile à exprimer raisonnablement pour qu'elle soit moins bonne qu'une autre. de Louis Farigoule, dit Jules Romains


Ajouter un message - répondre 

PAGE : [ 1 ]