Divorce apres un mois de mariage pour avoir mes droits.

Sujet vu 1715 fois - 1 réponse(s) - 1 page(s) - Créé le 29/09/08 à 08:27
> Droit Civil & familial > Droit de la famille


angeluna2a, Posté le 29/09/2008 à 08:27
1 message(s), Inscription le 29/09/2008
bonjour,

Je suis une jeune fille perdue qui s'est mariée le 29 aout 2008 avec un homme qui avait déjà 3 enfants d'unpremier mariage.
je suis enceinte de 2 mois et mon mari sans moque, nous ne nous entendons plus et ses enfants ne m adresse plus la parole parcequeje suis enceinte, bref le climat est devenu invivable et ma grossesse est devenue a risque, de ce fait je suis partie dans un autre appartement pour pouvoir me reposer et continuer ma grossesse.

A ce jour je dois déclarer ma grossesse à la CAF et faire les demandes de creches mais je voudrait tout faire à mon nom, car en effet "mon mari" dispose déja d'un numéro d'allocataire CAF et ne vivant pas avec lui je veux que tout soit bien distin. lui sans moque au contraire il a peur que si je déclare notre mariage il perde ses droit....!

Dois je divorcer au plus vite? ai je une autre solution ? je suis a ma 10ème semaine de grossesse et je n'ai plus que 4 semaines pour déclarer la grossesse.

sachant que avec mon seul salaire et tous les frais je vais avoir besoin des aides auquelles j ai le droit.

merci de me répondre, je ne sais vers qui me tourner.
merci d'avance

Poser une question Ajouter un message - répondre
Marion2, Posté le 29/09/2008 à 10:25
5724 message(s), Inscription le 14/05/2008
Modérateur
Bonjour,
Déjà, vous vous êtes mise dans votre tort car vous avez quitté le domicile conjugal sans l'autorisation du JAF.
Contactez rapidement un avocat et entamez une procédure de divorce. Selon vos revenus , vous avez peut-être droit à une aide juridictionnelle totale ou partielle.
Faites votre déclaration de grossesse à la CAF en expliquant votre situation et en mentionnant que vous entamez une procédure de divorce.
Bon courage

__________________________
La justice est ce qui est établi et ainsi toutes nos lois établies seront nécessairement tenues pour justes sans être examinées, puisqu'elles sont établies...
B. PASCAL


Ajouter un message - répondre 

PAGE : [ 1 ]