Décès d'un bébé chez la nourrice

Sujet vu 3142 fois - 0 réponse(s) - 1 page(s) - Créé le 15/03/09 à 00:02
> Droit Civil & familial > Droit de la famille


tibell, Haute-Savoie, Posté le 15/03/2009 à 00:02
1 message(s), Inscription le 14/03/2009
Bonjour,
Mon fils est décédé chez sa nourrice et cette dernière me préviens à mon lieu de travail de son décès sans toutefois appeler les secours, en quelque mot, elle m'expliue qu'il a reussi à se retourner durant son sommeil et s'est étouffé. abassourdi, c'est une de mes collègues ui rappelle quelque minutes 2 minutes après en luidemandant de porter les premiers secours (massages cardiaque), cette derniere lui répond que ça ne sert à rien elle a tout essayé. je rappelle 10 minutes après son 1er coup de fil et insiste qu'elle appelle les secours. ce qu'elle fait 2 minutes plus tard. 4 minutes après les secours sont sur place et décèle une température à 32°C, un membre de son corp rigide aisi que sa poitrine. ref il semble être mort il y'a bien longtemps. Deux jours plus tard nous recevons de la PMI un courrier qui expose que: "suivant un constat fait à distance...absence d'oreiller etc..que notre fils est décédé d'une mort subite du nourrisson...pr un bébé qui savait se retourner...
A ce jour nous n'avons pu sortir de cette spiale de mort subite malgré les remarques du samu qui précisent les symptomes d'une mort par asphyxie,
La olice appelée sur place à 2 reprises a refusé de se déplacer, il n'ont presue pas voulu recevoir notre plainte et conclu quand meme qu'il s'agit dune mort subite du nourrisson.
La nourrice a déclaré faire une ronde toutes les 15 minutes, la mari déclare qu'à la découverte du petit, avoir entendu quelques petites ronflements, mais en attendant aucun d'eux n'a appelé les secours, mais plutot moi le père. Lors d el'appel des secours ils déclarent un enfant inconscient, malgré m'avoir déjà déclaré à moi qu'il était mort étouffé.... que de choes incohérentes...sur le Décès d'un innocent...
Nous sommes désemparés face à la sourde oreille de la police et de la justice, de la PMI qui protège la nourrice sans faire son travail de PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE, nous ne savons plus où donner la tête.
Que nous reste-til?

Poser une question Ajouter un message - répondre

Ajouter un message - répondre 

PAGE : [ 1 ]